dimanche 14 septembre 2008

"Maîtresse, je peux te téter le seins?"

Je sais , je sais, je n'ai pas trop donné de nouvelles ces derniers temps mais c'est que tout va bien, du moins ça ne va pas plus mal.

Le boulot pour commencer, c'est ce qui va le mieux. C'est toujours le top du top du super pied même si pour le moment je n'ai toujours pas l'impression de faire des super trucs. Disons que je commence à avoir des projets, à envisager des choses mais la mise en pratique demande parfois du temps que je n'ai pas forcement envie d'y consacrer. Mais comme tout est dans ma tête ça se met quand même en place petit à petit. Par exemple la fameuse collation, vous savez l'espèce de petit goûté qu'on fait le matin en maternelle avec des gâteaux et du lait,bon bah moi je suis contre. Pas seulement parce que c'est interdit par les textes et que je tiens absolument à les respecter, mais plutôt parce que je pense que quand même la plupart des gamins ont mangé avant de venir et que les habituer dès le plus jeune âge à prendre un goûter à 9h30 c'est pas forcement super au niveau des habitudes alimentaires. Donc moi ce que je vais faire (parce que quand même , bien que je sois contre, et bien que ça ne concerne que 2/3 élèves, j'en ai quand même certain qui ne déjeunent pas le matin ou tellement tôt, 6h30, qu'ils ont du mal à tenir jusqu'à midi!) c'est mettre en place dans la classe un coin "petit déjeuner" dans lequel ils auront en libre accès, des bols, des petites cuillères, des céréales, des biscottes, de la confiture et du lait. Ils auront accès à ce coin durant l'accueil du matin, c'est à dire entre 8h20 et 8h50, avant de commencer a classe,et devront nettoyer et ranger tout ce qu'ils auront sortis. Alors évidemment qu'au début il va y avoir des cafouillages, que tout le monde va vouloir y aller, plus pour jouer à la dînette que pour manger véritablement mais je pense que ça devrait se calmer assez vite et qu'en suite seuls ceux qui n'auront vraiment pas manger iront (parce que les autres sortiront à peine de leur petit déjà, ça m'étonnerai que ça leur fasse super envie!), qu'ils vont en foutre partout, renverser le lait par terre, la confiture sur leurs vêtements, qu'au lieu de faire la vaisselle ils vont jouer avec l'eau et transformer le coin cuisine en piscine, mais tout ceci fait parti de l'apprentissage de l'autonomie et même si je sais d'avance que je vais souvent devoir me battre sur ce point avec mon ATSEM bah c'est pas grave parce que pour le coup c'est vraiment quelque chose en quoi je crois beaucoup. Et puis s'il s'avérait que je me suis trompée, tant pis, il sera toujours temps de revenir au traditionnel "goûter".

A la maison  maintenant. Bah de ce côté là non plus il n'y a pas eu des masses d'amélioration pour le moment. Max continue ses crises, nous y avons droit quasi quotidiennement et je ne la laisse pas faire. Nous avons eu une "discussion" (je met des guillemets parce que c'était plutôt un monologue, elle ne me regardait pas et ne me répondait pas mais enfin j'ai continué et je suis certaine que malgré tout elle m'a écoutée) au cours de laquelle je lui ai bien expliqué que j'entendais bien qu'elle n'allait pas bien, que j'avais bien compris que c'était sa façon de me l'exprimer, que je faisais tout ce qu'il m'était possible de faire pour qu'elle aille mieux (orthophoniste pour l'aider en lecture, psy pour qu'elle puisse comprendre ce qui se passe, j'ai rencontrer son maître d'école pour qu'il appréhende Maxine le mieux possible, et puis inscription à la gym pour qu'elle puisse se défouler et se sentir bien) mais que ces crises je ne pouvais pas les accepter et que donc, même si je comprenais, je me fâcherai chaque fois que ça arriverai parce que son attitude n'était pas correct ni envers moi ni envers son frère et que nous allions essayer de trouver ensemble une autre façon pour elle d'exprimer sa colère et son chagrin (d'ailleurs si vous avez des idées...). Pour le moment ça ne m'a pas eu l'air super efficace cette petite conversation mais j'avais pas d'autre idée alors même si c'est pas mieux, ou moins c'est pas pire!

En ce qui concerne l'amour ce serait trop compliqué à vous raconter alors allons à l'essentiel: toujours à la recherche du prince charmant! En revanche le point positif c'est que pour le coup Je ne crois plus du tout que ça aurait pu être mon beau Julien, lui il est aux oubliettes et qu'il y reste, le coup du sms de ses potes j'ai plus que moyennement apprécié et là il est drôlement descendu dans mon estime!

   

Bisous à tous et à bientôt...

Posté par Or_L à 19:22 - Commentaires [5] - Permalien [#]


Commentaires sur "Maîtresse, je peux te téter le seins?"

    Le sms ?

    j'ai loupé un truc vivement le week end du 4 !

    Posté par Carine, dimanche 14 septembre 2008 à 22:44 | | Répondre
  • La collation du matin

    Tu sais, ta collation du matin, celle qui est mise en place à l'accueil, entre 8h20 et 8h50, dans le petit coin, là, en libre service seulement pour ceux qui ont faim, eh bien, ça existe dans la plupart des classes de l'école maternelle depuis de nombreuses années (dont la mienne dès la petite section). Mais c'est bien d'y avoir pensé, surtout ne lache pas avec la dame de service, et puis tu verras, contrairement à ce que tu penses, ils préfèrent jouer que d'aller manger.

    Posté par Nathouille, mardi 16 septembre 2008 à 19:34 | | Répondre
  • le sms!!!

    Ah oui c'est vrai que je ne vous ai pas raconté le coup du sms!!!
    Alors je vous resitue, Julien c'est le fameux "histoire sans lendemain" qui avait finalement eu un lendemain, ou un après demain mais pas plus. Bon bah depuis nous sommes plus ou mois restés en contact, enfin disons que de temps en temps je lui envois un sms et qu'il me répond. Rien d'extraordinaire.
    Bref, il y a une quinzaine de jours, un samedi soir vers 00h30, je reçois un sms du fameux Julien: "tu dors ma puce". Qu'auriez vous pensé à ma place? Bah moi évidement je me suis dit "il a dû se tromper de numéro" mais aussi, vous connaissez mon optimisme légendaire, "au cas où, on ne sait jamais" et j'ai tout d'abord répondu de la façon la plus anodine possible et puis finalement j'ai eu peur de le mettre mal à l'aise ou d'avoir l'air ridicule, bref je lui ai renvoyé un sms en lui disant que j'avais bien deviné qu'il avait dû se tromper de numéro, que ça n'était pas grave. Tout en rêvant qu'il me réponde que non il ne s'était pas trompé mais, je ne sais pas, qu'il avait trop bu et qu'il avait osé ce qu'il n'aurait pas osé en temps normal, ou j'en sais rien moi, un truc comme ça. Mais non, il m'a bien renvoyé un message mais c'était pour me dire "désolé j'avais laissé mon portable sur la table et mes potes ont voulu me faire une blague. A plus." Et bien vous n'imaginez pas comme ça m'a fait mal!J'ai été blessée! Qu'il ne s'excuse pas plus que ça, qu'il ne m'appelle même pas pour s'excuser, et puis d'être un sujet de blague avec ses potes... Enfin bref, j'étais à une soirée chez mon amie Anne, du coup ça m'a déprimée je suis rentrée! Et vous vous en auriez pensé quoi?

    Posté par oré (elle même), mardi 16 septembre 2008 à 19:42 | | Répondre
  • ahlala les sms

    Il est très difficile de juger du ton que prend quelqu'un pour te parler lorsqu'il s'agit d'un sms...donc tu ne peux pas savoir s'il a participé (et trouvé à son goût) cette blague et tu ne peux pas non plus dire qu'il était traumatisé et qu'il s'en voulait à mort bref statuco

    Mais bon il est vrai que malheureusement il doit parler de toi à ses potes et si cette conversation à lieu un samedi arrosé il en ressort des blagues très nulles mais ça ma chérie c'est le lot de tous les hommes d'être très nuls dès qu'ils sont ensemble autours d'une bière

    Bisous

    Posté par carine, mardi 16 septembre 2008 à 20:25 | | Répondre
  • Epoque

    Le temps est gommé avec l'immédiateté;la réponse ou l'appel qui fuse.
    Ce temps restreint, dénaturé est pire que tout.
    De même que la télé, s'il vous plaît, éteignez les portables...
    Oré, tu étais avec des ami(e)(s)...qu'avais-tu besoin de cet engin?
    Ce bidule nuit à la sérénité de ta soirée, tu es suspendue à un appel possible, ton attention est en alerte...
    Tu n'as pas le don d'ubiquité, donc!

    Eteignez vos portables.
    C'était, ce soir, la devise du mec à cheveux blancs, celui qui les coupe en quatre.

    Mon aphorisme du moment repris dans un récent article envoyé (car ce sujet me turlupine): "Il y a urgence à prendre son temps."

    D'la bise.

    Posté par GPMarcel, mardi 16 septembre 2008 à 21:56 | | Répondre
Nouveau commentaire